DELF et DALF

Les diplômes du DELF (diplôme d’études en langue française) et du DALF (diplôme approfondi de langue française) sont des certifications officielles du ministère de l’Éducation nationale qui valident les compétences en français, depuis les premiers apprentissages jusqu’aux niveaux les plus avancés. Ce sont des certifications mises en place par le CIEP (Centre international d’études pédagogiques).

Cette certification, dont les caractéristiques et des exemples sont présentés sur le site du CIEP, est adaptée à tous les âges et est harmonisée sur l’échelle à 6 niveaux du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). Les diplômes sont indépendants et sanctionnent la maîtrise des quatre compétences langagières (compréhension écrite et orale, production écrite et orale). Ils sont valables sans limitation de durée.

Le DALF et le DELF sont reconnus en France et partout dans le monde ; le CIEP qui en assure l’élaboration et gère la mise en œuvre de leur passation est l’opérateur public de référence du ministère chargé de l'éducation et de l'enseignement supérieur, et le principal partenaire opérateur, pour la langue française, du ministère des Affaires étrangères. Les compétences écrites et orales qu’ils évaluent correspondent bien sûr à ce que l’AEFE attend de la pratique et de la maîtrise de la langue française dans son réseau.

En ce sens, l’instauration de ces diplômes au sein des établissements du réseau, que la convention signée entre l’AEFE, le CIEP et la MLF facilite, constitue le prolongement logique de la mise en œuvre de la circulaire de l’AEFE sur la politique des langues au sein du réseau. Ces diplômes n’entrent pas en concurrence avec les examens nationaux français mais attestent simplement d’une maîtrise écrite et orale de la langue française selon les critères internationalement établis pour toutes les langues vivantes, et cela, sans la nécessité de recourir à des équivalences pour leur reconnaissance.

Le français dans le réseau

Les établissements du réseau accueillent 340 000 élèves dont 40 % seulement sont de nationalité française. Pour environ 210 000 élèves, le français n’est donc pas une langue maternelle et pour les 130 000 autres, le français n’est pas toujours la langue pratiquée à la maison ou dans les relations sociales et amicales.
 
Par ailleurs, depuis quelques années et pour des raisons diverses, la place de la langue française a été parfois réduite à la part congrue de la scolarité, voire à quelques heures par jour. L’exposition à la langue française dans toute sa richesse et sa variété tout comme sa pratique, sa « mise en bouche », ont par conséquent diminué. Les résultats aux examens nationaux ne constituent plus la preuve que les élèves scolarisés dans le réseau d’enseignement français à l’étranger possèdent les compétences linguistiques suffisantes pour poursuivre et réussir pleinement des études supérieures, ou tout simplement vivre sereinement le quotidien en France.
 
Lorsque l’on considère la compétence « parler en continu », évaluée pendant dix minutes lors de l’épreuve certificative de l’histoire des arts ou lors des épreuves anticipées de français, il est certain que ces épreuves de communication orale, pour beaucoup de nos élèves, sont les uniques expériences vécues pour cette pratique de la langue française.
 
De plus, nombre d’élèves ne poursuivent pas leur scolarité dans le système français soit parce que l’offre ne va pas au-delà de l’école ou du collège, soit en raison de changements d’établissement. Or pour ces élèves aucune certification spécifique ne fait état de leur niveau en langue française. 

La politique des langues de l’AEFE

La brochure sur la politique des langues de l'AEFE présente les orientations promues par la direction de l’Agence quant à l’apprentissage des langues, le français étant de facto la première langue vivante du réseau.
 
Elle établit ce que doit être la pratique d’une langue tant à l’écrit qu’à l’oral et ce que recouvre la notion de « Français Langue Maternelle 2 ». Le contrat éducatif engagé avec les familles doit être assuré par les établissements du réseau : la langue de l’éducation choisie qu’est le français, diffusée, enseignée et pratiquée avec sa culture et ses valeurs, doit être véritablement la langue avec laquelle tout élève se construit et développe une relation affective. La langue française ne se réduit pas à un système ou à une pratique scolaire.
 
Dans ce cadre, les diplômes d’études en langue française du CIEP ont pour ambition de valider les niveaux de maîtrise en langue selon le Cadre européen commun de référence pour les langues. En ce sens, ils confirment et valident les compétences linguistiques des élèves dont le français n’est pas nécessairement la langue maternelle 1 ou la langue pratiquée quotidiennement, ou des élèves dont la scolarité dans les établissements de l’AEFE n’aboutit pas à un diplôme national français.
Par ailleurs, de nombreuses universités dont l’enseignement se réalise en langue française exigent désormais ces certifications pour l’inscription d’élèves issus de systèmes scolaires situés à l’étranger.