L'innovation pédagogique

Aujourd’hui, il est beaucoup question d'innovation dans la société et plus particulièrement dans l'éducation où l'on vante ses mérites. L'école doit se tourner vers l'avenir et innover dans de nombreux domaines qui dépassent le seul champ du numérique.

Pourtant, innover ne suffit pas : pour qu’une innovation se répande et soit intégrée dans les pratiques professionnelles, une connaissance des processus institutionnels s’impose.

Pour valoriser des actions innovantes au sein du réseau AEFE, il convient de connaître un certain nombre d'informations au préalable.

L'innovation

Innovation

D’après le CNIRé (Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative), une pratique innovante est une action pédagogique caractérisée par l’attention soutenue portée aux élèves, au développement de leur bien-être et à la qualité des apprentissages .

En cela, une telle pratique promeut et porte les valeurs de la démocratisation scolaire. Elle prend appui sur la créativité des personnels et de tous les élèves. Elle repose sur une méthodologie de conduite du changement. Enfin, elle inclut un ou des partenariats qui permettent à l’équipe éducative d’enrichir son action grâce aux ressources de son environnement.
Chacun de ces points ne suffit pas à lui seul, mais plusieurs combinés font d’une action une pratique innovante dans sa conduite et dans ses effets.

Innover, ce n’est pas forcément inventer quelque chose qui n’existe nulle part ailleurs. L’innovation s’appuie avant tout sur la démarche et le suivi, qui importent bien plus que la nouveauté radicale.

Le droit à l'expérimentation

La loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école de 2005 ouvre, dans son article 34, le droit à l’expérimentation :

  • pour l’enseignement des disciplines, l’interdisciplinarité, l’organisation pédagogique de la classe, de l’école ou de l’établissement, la coopération avec les partenaires du système éducatif, les échanges ou le jumelage avec des établissements étrangers d’enseignement scolaire,
  • dans le cadre du projet d’école ou d’établissement sous la réserve de l’autorisation préalable des autorités académiques et après négociation avec l’établissement (contractualisation),
  • pour une durée de 5 ans maximum avec une évaluation annuelle.

Si l’expérimentation s’avère concluante, on doit pouvoir considérer qu’au bout de 5 ans elle est rentrée dans les pratiques de l’établissement : l’action se poursuit mais ne nécessite plus de suivi particulier.

Action pédagogique pilote (APP)

Une Action pédagogique pilote s’inscrit dans une démarche de pédagogie de projet innovante (inter-degré et transdisciplinaire), dépassant les pratiques de classe ordinaires et la simple mise en œuvre de prgrammes disciplinaires ou de réformes institutionnelles.

L’adjectif pilote précise que l’action doit être dotée d’un caractère innovant, voire expérimental ayant vocation à entraîner les autres donc à être modélisée, généralisée, transposée ou transférée, mutualisée.
Une APP est nécessairement une innovation, mais de nombreuses innovations sortent du cadre des APP.

Voir la note sur le cadre administratif et financier des APP qui précise le dispositif.

Piloter l’innovation

Pour optimiser la portée d’une démarche d’innovation, voici des étapes importantes :

  • Clarifier l’objectif pédagogique de la démarche, définir des indicateurs de la réalisation de ces objectifs.
  • Identifier les personnes ressources au sein de l’établissement, les pratiques et connaissances disponibles sur lesquelles s’appuyer, les partenaires potentiels.
  • Constituer une équipe en charge du projet (une personne seule peut difficilement porter un projet innovant) et s’assurer du soutien du chef d’établissement.
  • Communiquer largement ce projet au sein de l’établissement et au service pédagogique de l’AEFE, grâce au formulaire de signalement
  • Tenir un cahier de bord, faire des bilans d’étape réguliers et une évaluation finale et communiquer sur cette évaluation.
  • Réfléchir à la reconduction ou à l’évolution du projet.

Les freins observés à l’innovation sont :

  • « L’effet bulle »  ou la marginalisation liée en particulier à la non-inscription dans la durée.
  • La logique par action/projet et non pas une démarche par objectif avec indicateurs associés.
  • La difficulté de diffusion et de transfert du fait du poids important du contexte. De fait, seules les ressources ou les outils peuvent facilement être transférés en dehors du contexte initial mais leur appropriation par d’autres pose de nombreuses questions.

Le service pédagogique de l'AEFE essaie au mieux d’accompagner et de valoriser les actions innovantes. Il sert de relais avec les acteurs de l’innovation au sein de l’Education nationale.

Les axes prioritaires d’innovation

Les axes prioritaires pour l’innovation au niveau du réseau d’enseignement français à l’étranger sont :

  • Favoriser l’engagement des élèves et de l’ensemble des personnels dans la vie de l’établissement : climat scolaire, accueil du handicap, éducation citoyenne, lutte contre les discriminations, respect et estime de soi pour tous les élèves,
  • Acquisition des fondamentaux, continuité et progression des apprentissages inter-cycles et inter-degrés, évaluation des élèves, parcours personnalisés d’excellence.
  • Politique de développement du plurilinguisme
  • École du numérique
  • Projet d’établissement et projet personnel de l’élève
  • Ouverture de l’école : à la réalité culturelle du pays d’accueil ; lien avec les parents, les anciens élèves, les institutions locales, d’autres établissements du réseau.