Arts et Lettres

Les prix Goncourt et Goncourt des lycéens 2016 attribués à deux anciens élèves du réseau scolaire mondial

Mis à jour le
16/11/2016

Le 3 novembre 2016, Leïla Slimani, ancienne élève du lycée Descartes de Rabat au Maroc, a reçu le prix Goncourt pour son roman Chanson douce. Quelques jours plus tard, Gaël Faye, ancien élève de l’École française de Bujumbura au Burundi, a remporté le prix Goncourt des lycéens pour son livre Petit pays. Deux jeunes talents issus du réseau scolaire mondial récompensés par de prestigieux prix littéraires !

Fermer X

Visuel prix Goncourt 2016

Publié chez Gallimard, Chanson douce est le deuxième roman de Leïla Slimani (lycée Descartes de Rabat). Abordant un sujet délicat et sombre, le livre est tiré d’un fait divers, un double infanticide commis par une nourrice dans les beaux quartiers de New York en 2012. À partir du dénouement, l’auteure remonte le temps et explore les fêlures des protagonistes du drame.

Journaliste diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris, Leila Slimani était revenue dans son ancien lycée à Rabat, à l’occasion de la sortie, en 2014, de son premier roman déjà très remarqué : Dans le jardin de l’Ogre. Elle y avait alors rencontré les élèves inscrits en section littéraire, section qui avait été la sienne, pour échanger avec eux sur diverses problématiques liées au processus d’écriture.

Avec son livre Petit pays publié chez Grasset, Gaël Faye (École française de Bujumbura) a quant à lui remporté le prix Goncourt des lycéens. Le premier roman du rappeur franco-rwandais a été plébiscité par les élèves de 56 lycées, issus de classes de seconde, première ou terminale, généralistes et professionnelles. Récit d’une enfance blessée par la guerre civile au Burundi, le livre comptait également parmi les quatre derniers ouvrages en lice pour le prix Goncourt et avait déjà remporté le prix du roman Fnac 2016. Un succès critique et de librairie confirmé par ce nouveau prix.

Félicitations aux heureux lauréats !