Examens

Avant-première réussie : la zone Asie-Pacifique a expérimenté la dématérialisation de la correction des copies du diplôme national de brevet

Mis à jour le
10/07/2019

En 2011, la zone Asie-Pacifique avait déjà été la zone pionnière pour la dématérialisation de la correction des copies du baccalauréat, avant une généralisation progressive du dispositif, jusqu’en 2016, sur l’ensemble du réseau. Pour le diplôme national de brevet (DNB), le même processus sera mis en place en seulement deux ans. Et c’est de nouveau en Asie-Pacifique qu’a été mené un test en grandeur réelle, à l’occasion de la session 2019 de l’examen de fin de troisième. Examen réussi !

Composition avec un diplôme et une photo de la session de formation préparatoire à la dématérialisation organisée au Lycée français de Shanghai les 12 et 13 mars 2019.
Fermer X

Dématérialisation de la correction du DNB : session de formation des personnels au lycée de Shanghai (mars 2019)

Composition avec un diplôme et une photo de la session de formation préparatoire à la dématérialisation organisée au Lycée français de Shanghai les 12 et 13 mars 2019.

Composition avec un diplôme et une photo de la session de formation préparatoire à la dématérialisation organisée au Lycée français de Shanghai les 12 et 13 mars 2019.

L’AEFE continue d’innover. Les établissements de la zone Asie-Pacifique de son réseau scolaire mondial et l’académie de Montpellier, partenaire pour les examens, ont appliqué au DNB le processus de dématérialisation de la correction des copies. En s’appuyant sur l’expérience acquise pour le baccalauréat, l’AEFE s’engage ainsi dans une généralisation du dispositif en seulement deux ans, alors que cela concernera un plus grand nombre d’élèves que pour le baccalauréat (environ 25 000 candidats au DNB contre 17 000 pour le baccalauréat actuellement dans le réseau).

Toujours accompagnées par la société EXATECH et sa solution logicielle VIATIQUE, les équipes de l’AEFE se sont donc préparées au cours de l’année afin de déployer le parc de scanners mais aussi former les gestionnaires d’examen ainsi que les enseignants correcteurs et les jurys d’examen aux procédures numériques.

C’est le Lycée français de Shanghai qui a accueilli, courant mars, une session de formation pour les personnels concernés. Sa proviseure, Anne-Sophie Gouix, et son adjointe, Christine Guitton, ont piloté avec grande satisfaction ce stage pendant lequel le directeur de l’AEFE, pour marquer l’importance de cette mission probatoire, a d’ailleurs fait une intervention en visio-conférence. « Mes collègues qui expérimentent déjà la dématérialisation pour la correction du baccalauréat ne se verraient plus revenir en arrière ! Nous sommes absolument ravis que, désormais, les copies du DNB ne soient plus étiquetées avec des autocollants et massicotées et que tous les examens puissent suivre finalement une ligne de conduite cohérente. » a alors confié Mme Gouix à M. Brochet lors de leurs échanges.
 
Écouter un extrait des propos du directeur de l’AEFE aux participants de la session de formation :

Le directeur de l'AEFE (à gauche) pendant la visioconférence
Depuis son bureau à Paris le 13 mars 2019, le directeur de l'AEFE, Olivier Brochet, accompagné par Sébastien Mourot du service pédagogique, s'adresse par visioconférence aux participants de la formation organisée au Lycée français de Shanghai pour préparer des personnels aux opérations de dématérialisation. © AEFE

Quelques données sur la première mise en place de la correction "tout numérique" de copies du DNB :

  • 16 pays dans la zone Asie-Pacifique du réseau de l’AEFE,
  • 23 centres d’examen
  • 1 160 élèves
  • 5 832 copies
  • 180 correcteurs