Pédagogie

Retours en images sur le séminaire des enseignants formateurs en langues organisé à Paris pour préparer le déploiement de la réforme du baccalauréat

Mis à jour le
01/04/2019

Ils sont des acteurs importants du plurilinguisme dans le réseau de l’AEFE... Des enseignants formateurs en langues ont été réunis à Paris, mi-mars, pour un séminaire très productif. Les objectifs ? Échanger sur leurs pratiques, préparer, avec les inspecteurs du service pédagogique de l'AEFE et une inspectrice générale de l’Éducation nationale, la diffusion de la réforme du lycée et travailler, en interlangues, sur des ressources communes. Aperçu en images…

Fermer X

Vignette séminaire EEMCP2 de langues (mars 2019)

 
Ils sont « enseignants expatriés à mission de conseil pédagogique du second degré » (EEMCP2, en abrégé) : ils assurent une partie de leur service en tant que professeurs dans l'un des lycées français du monde et mènent des actions de formation continue à l'échelle d'une zone du réseau. Relais importants des inspecteurs pédagogiques de l’AEFE, Maria Gomez (espagnol), Christine Minetto (anglais) et Ali Mouhoub (arabe), ces enseignants formateurs chevronnés vont contribuer à mettre en œuvre la réforme du lycée et du baccalauréat dans le réseau scolaire mondial.

Réunis mi-mars dans les locaux d’un lycée parisien, le lycée Montaigne, ils ont notamment pu rencontrer une inspectrice générale de l’Éducation nationale, Isabelle Leguy, qui leur a expliqué les messages que la réforme du lycée veut faire passer. « Il s'agit plutôt d'évolutions que de modifications profondes pour l'enseignement des langues, a précisé Mme Leguy, car nous prolongeons ce qui s'est mis en place depuis ces quinze dernières années avec l'adoption du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). Nous poursuivons dans la même direction et donc il n'y a pas de très grandes modifications si ce n'est l'introduction d'une spécialité pour le cycle terminal de "langues, littératures et cultures étrangères" »

Pendant des ateliers interlangues, les formateurs ont pu concevoir des modules de formation en lien avec les nouveaux programmes scolaires, en commençant par ceux de la classe de seconde qui sont les premiers à être mis en application avant l'organisation du nouveau baccalauréat en 2021.