L’enseignement dans la ou les langues du pays hôte

Pour favoriser le développement de la coopération bilatérale, la place réservée dans chaque établissement homologué à la langue ou aux langues du pays hôte, à sa culture, à son histoire, est un signe fort et véritablement essentiel.

Langue nationale : une identité bilingue et biculturelle

L’enseignement de la ou des langues du pays hôte, en contrepoint de l’enseignement en français,  est souvent la clé de la réussite de cette coopération éducative. L'expression de « pays hôte » met d'ailleurs en valeur la dimension de totale réciprocité linguistique et culturelle, d’égalité et de respect qui doit régner entre les langues, les cultures, les histoires et les identités.
 
Cette exigence très politique s’articule à une exigence éducative tout aussi fondamentale : assurer la transmission du double héritage dévolu à ces enfants binationaux ou nationaux, qui ont fait le choix du lycée français, sans renoncer, bien au contraire, à leur autre patrimoine linguistique et culturel. Tous ont vocation à recevoir une éducation multilingue et multiculturelle, à réaliser le métissage heureux de plusieurs cultures, auxquelles ils appartiennent par naissance ou par choix.

Construire un parcours plurilingue, raisonné, progressif et cohérent

Dès le premier degré

En petite section et en moyenne sections, il est indispensable que l’accueil soit bilingue, en français et dans la langue ou l'une des langues du pays hôte. Dès la grande section, et l’entrée dans l’écrit, il va importer de structurer très précisément cet enseignement conjoint, en consolidant la langue maternelle tout en assurant un enseignement renforcé dans la langue que l’élève maîtrise peu ou pas du tout. C’est à ce niveau que le bilan linguistique joue tout son rôle.

Dans le second degré

La langue internationale, anglaise, espagnole, arabe, chinoise ou autre, initiée éventuellement dès le CE2 ou le CM1, a évidemment vocation à se poursuivre en 6e en parallèle avec l’enseignement de la langue nationale. Dès lors, les classes de 6e ont vocation dans le réseau à être quasi systématiquement des classes bi-langues.
 
Bi-langues c’est-à-dire enseignant deux LV1. La langue française étant la langue principale de scolarisation et la langue définissant l’identité de l’établissement français international, la langue du pays d’accueil présente dès le primaire est évidemment largement maintenue au collège. Cependant, elle ne saurait être considérée comme une langue étrangère, la première langue véritablement étrangère est bien celle qui aura été initiée éventuellement à l’école primaire, mais que l’on pourra tout aussi bien introduire seulement en 6e comme LVE1, à égalité avec la langue du pays d’accueil, conformément au dispositif des classes bi-langues.