Ressources d’éducation aux médias

Respecter les lois du genre journalistique du portrait

Le portrait est un genre journalistique particulier : il permet de mettre en valeur le parcours d’une personne en rendant celle-ci « présente » (percevoir sa personnalité, ses choix, ce qui l’anime, sa manière d’être, son environnement, avec des détails choisis, des descriptions et des anecdotes…). Le portraitiste pose un regard et met en récit de manière vivante un parcours personnel.

Un portrait n’est pas une interview. Il n’est pas une transcription de questions/réponses mais il fait une place aux citations des propos recueillis. L’interview sert donc à la préparation du portrait. N'oubliez pas de regarder, d'observer et d'être ouvert à la rencontre pendant l'interview !

Un portrait n'est pas non plus le compte rendu d'un entretien scolaire et encore moins un curriculum vitae rédigé. Il y a dans, le genre du portrait, une « interprétation » du sujet. Le ressenti du portraitiste doit être perceptible.

Le traitement suppose des choix. « Une fois que vous aurez rassemblé des matériaux (interview, documentation, photos, témoignages, visite…), vous devez être conscient que vous ne pourrez en aborder tous les aspects. Vous risqueriez d’aboutir à un article trop long, touffu et difficile à lire : bref, vous auriez vite perdu le lecteur en route. D’où la nécessité de choisir l’angle selon lequel vous allez traiter votre sujet. Cela revient à adopter un point de vue, à sélectionner les aspects du sujet que vous souhaitez mettre en avant et à en ignorer les autres. Il ne faut pas tout vouloir dire ! [Extrait adapté d’une fiche du CLEMI « Définir un angle pour construire son article »]

L’on veillera à respecter la déontologie journalistique. Un portrait n’est pas une hagiographie adoptant un point de vue déférent et excessivement élogieux. Il ne doit pas être non plus un papier à charge donnant une représentation exagérée et caricaturale. Il doit être bien informé et respectueux des principes de la laïcité (pas de prosélytisme).
La déontologie journalistique comprend également le respect des droits d'auteur : par conséquent, pas "d'emprunt" non autorisé intégré dans les productions. La musique, éventuellement utilisée dans les portaits vidéos ou radiophoniques, doit être libre de droits. Les productions doivent être le fruit d'un travail original fourni par les élèves : dans les vidéos, l'insertion de photographies "souvenirs" fournies par la personne dont l'équipe fait le portrait est envisageable si ces photos sont nécessaires au récit et si leur auteur a donné son accord.
Toutes les photos et dessins de presse devront être accompagnées d’une légende d’identification et d’un crédit-photo (© nom de l’auteur de l’image ou de son établissement), placés juste en dessous. Les établissements veilleront à obtenir tous les droits de diffusion de ces images (autorisation en vertu du droit à l'image des personnes représentées et cession des droits d'auteur à titre gracieux par les créateurs de l'œuvre) pour une publication sur les sites gérés par l’AEFE mais ils n'adresseront pas de justificatifs aux organisateurs du concours.

Quelques pistes pédagogiques sur le Web

Le site du CLEMI (Centre pour l'éducation aux médias et à l'information) :

Fiches sur l’interview :

Attention l’"ITV" est indispensable pour pouvoir réaliser un portrait mais non suffisante ; c'est juste un préalable. La production Paroles de presse ne doit pas être sous la forme d’une interview mais sous celle d’un portrait.

Sur le site e-media.ch, portail romand d’éducation aux médias :

Sur le site de RFI (Radio France internationale), des exemples de portraits radiophoniques :

  • Portrait africain (des portraits de personnalités, célèbres ou pas, du monde politique, associatif, sportif, artistique, économique...).

Sur le site de l’INA (Institut national de l’audiovisuel), des exemples de portrait-vidéos :

Sur @brest, site d'une collectivité locale sur le thème "citoyenneté et nouvelles technologies", des conseils sur le portrait

La Semaine de la presse et des médias dans l’école®

Le CLEMI, qui pilote la Semaine de la presse et des médias dans l’école®, adresse à tous les établissements d’enseignement français à l'étranger des exemplaires de journaux et périodiques et du matériel pédagogique (28e Semaine de la presse et des médias dans l’école®, du 20 au 25 mars 2017, sur le thème « D'où vient l'info ? »).

Ainsi, les 495 établissements du réseau à l’étranger reçoivent, fin janvier ou courant février 2017, sans inscription préalable, un panel d’une quarantaine de titres reflétant le pluralisme et la diversité de la presse française, un dossier pédagogique d’accompagnement ainsi que l’affiche de la Semaine de la presse et des médias dans l’école®. Ce dispositif est mené avec le concours de Uni-Presse (organisme chargé de faire la promotion de la presse française à l’étranger) et de La Poste.

Sur le site du CLEMI, il est en outre proposé de télécharger une application Semaine de la presse réalisée par le CLEMI avec le soutien de l’AEFE.

Les établissements scolaires de France qui souhaitent réserver et recevoir des titres de presse et du matériel pédagogique doivent quant-à-eux s’inscrire à la Semaine de la presse et des médias dans l’école® via le site www.clemi.fr